Service Général de la Presse, Bourdelle et ses élèves à la Grande Chaumière, 1928

Ce répertoire recense les élèves ayant fréquenté l’un, voire plusieurs des quatre lieux d’enseignement de Bourdelle : les ateliers impasse du Maine (à partir de 1890), l’institut Rodin (en 1900), l’académie de la Grande Chaumière (entre 1909 et 1929), l’école de dessin de la manufacture des Gobelins (entre 1920 et 1926).
Non exhaustif, établi a posteriori - l’académie de la Grande Chaumière n’ayant pas conservé les archives de cette période, la liste des élèves fait l’objet d’une reconstitution - , il restitue l’état de nos connaissances actuelles et résulte de l’exploration et du croisement de multiples sources :
– les archives et le fonds photographique du musée Bourdelle ;
– la liste des élèves établie par Laure Dalon dans le tome II des Cours et leçons à l’académie de la Grande Chaumière en 2007
– les archives du Mobilier national ;
– les archives photographiques Geissbühler reproduites dans le fonds de la Smithsonian Archives of American Art ;
– les sources en ligne relatives aux élèves ;
– des catalogues de salons et des dictionnaires d’artistes dont le dernier en date, le Dictionnaire des sculptrices d’Anne Rivière, publié en 2017 ;
– les nombreux échanges avec des chercheurs ou des descendants d’élèves du sculpteur.

Les informations recueillies sont parfois sommaires et n’ont pas toujours permis de clarifier le statut d’« élève » : celui d’élèves réellement formés au sein des ateliers impasse du Maine ou de la Grande Chaumière, au contraire d’artistes ayant ponctuellement bénéficié de l’aide du sculpteur, auditeurs libres à la Grande Chaumière, disciples…
L’orthographe parfois incertaine de certains noms, telle que relevée dans les archives Bourdelle, est conservée. Les femmes sont le plus souvent référencées à leur patronyme ; leur nom d’épouse ou/et leur pseudonyme d’artiste sont mentionnés dans la mesure du possible.
Les villes et pays sont indiqués sous leur nom actuel, indépendamment des vicissitudes géopolitiques.
Les échanges épistolaires entre l’artiste et ses élèves, conservés dans les archives du musée Bourdelle, sont précisés sous la forme suivante : « CA » pour correspondance active (lettres écrites par Bourdelle) et « CP » pour correspondance passive (lettres écrites à Bourdelle). Ils sont intégralement référencés sur le portail des collections des musées de la Ville de Paris : parismuseescollections.paris.fr.

Le répertoire s’enrichira au gré des découvertes concernant les élèves.
> Consulter le répertoire

Liste des documents disponibles