Lorsqu’en 1885 Bourdelle prend ses quartiers au 16 de l’impasse du Maine, au milieu des jardins et des vignes, les ateliers d’artistes sont « aussi nombreux que les brins d’herbe des pavés » – le sculpteur Aimé -Jules Dalou, le peintre Eugène Carrière comptent parmi ses plus proches voisins. Enraciné pendant près de quarante-cinq années dans cette terre des arts, Bourdelle demeure fidèle aux ateliers qui tiennent tout à la fois du laboratoire et du sanctuaire.
Au début des années 1920, l’évidence s’impose : la création d’un musée sauvegarderait l’œuvre d’une vie.
Résolu à léguer son œuvre « comme a fait Rodin », pour l’établissement d’un musée portant son nom, Bourdelle dessine plusieurs projets de bâtiments au cours de l’année 1928. Il va même jusqu’à imaginer une muséographie où chaque sculpture trouverait sa juste place. Mais le musée imaginé ne sera pas réalisé de son vivant.